connect the machine

to the map

musique | réseau d'artistes

Ce réseau est un outil de connexion et de propagation d'un courant souterrain hybride, profond et déjà bien répandu. Vous verrez dans le livret, qui qu'ils soient, d'où qu'ils viennent, ils se sont souvent croisés, sur la route ou autour d'un micro. La connexion entre eux est donc déjà bien réelle, au delà de la simple volonté de participer à ce projet. Il ne tient plus qu'à vous de vous plugger, de trouver votre point d'entrée et d'étendre le réseau.

  • Faceboook Connect the machine
  • Spotify Connect the machine
  • iTunes

L'idée ? 

Ouvrir un espace de mutualisation et de collaboration en réunissant sur le même support un éventail d’artistes se revendiquant de mouvements de contestation et de protestation assimilables à la culture hip hop, quelle que soit la base musicale qui servirait leur propos.  En l’occurrence, elle s’est montée autour des influences de Francisco Esteves (We Are Disco Doom Revenge) qui l’ont conduit à nouer des contacts avec Austin (époque Binary Audio Misfits, post Expérience).

Le projet a vite révélé le niveau de connexions souterraines et transfrontalières existant entre des beatmakers, des producteurs, des musiciens et des artistes du mot. Poètes, philosophes ou MCs, ils posent sur leurs propres compositions ou celles d’autres artistes à travers le monde ou simplement partagent les mêmes affiches... Berne vs Montréal, San Francisco vs Londres, Tours vs Los Angeles... Ils s’autoproduisent, montent leurs tournées eux-mêmes ou avec l’aide de tourneurs dévoués. Ils se connaissent tous ou presque, se portent garant les uns des autres et créent une espèce de cartographie d’un underground hip hop-electro-shoegaze...

​Rodez capitale d'accueil de l'Alt-Hip-Hop?

Il se dit que Rodez serait le nouveau carrefour d'expérimentation de ce mouvement musical citoyen défendu par Dora Dorovitch. 

Suivez-nous